Dakar. Waou!

2 commentaires
Aujourd'hui dans ma tête, il y a..
... mon dernier petit séjour à Dakar. Bon ! J’avoue… Le titre est un peu facile. Mais il était aussi trop facile pour ne pas y sauter les deux pieds joints. Au-delà d’un jeu de mots un peu pourri, Dakar est vraiment une jolie ville. Une des rares capitales d’Afrique de l’ouest qu’on a envie de revoir et pourquoi pas y passer quelques jours de vacances. Pour mon deuxième voyage à Dakar pour raisons professionnelles (la première fois, j’ai à peine eu le temps d’ouvrir les yeux que j’étais dans l’avion retour), j’ai choisi d’accorder un peu de temps à mon moi, le touriste, l’expert en dépaysement.

Dakar Waou ! Parce que cette ville a une belle énergie, même si à tous les coins de rue, on essaie de tout te vendre (Je n’ai jamais autant dit « Non ! Merci » de ma vie). Mais se sentir constamment à la plage pendant qu’on est en ville, c’est un peu comme vivre au paradis, non ? 



Verrouillé par le programme de fidélité des chaînes Accor, le Novotel où j’ai séjourné n’est pas le célèbre Radisson Blu ou le renommé Terou Bi mais il n’est pas mal en son genre. Niché derrière la petite corniche, je n’ai pas craché sur sa vue sur la mer et sa piscine. L’eau ! L’eau ! Toujours l’eau !


Et pour parler d’eau, le centre commercial Sea Plaza porte bien son nom. Il y a de bons cocktails et une belle vue.


Pour le coureur que je suis, c’est quand même le pied d’y faire son footing. Peu d’humidité et beaucoup d’air marin.
  

Dakar Waou ! Parce que pas loin de là, il y a Gorée. Une île. Une vraie. Une masse de terre bien entourée d’eau et remplie d’histoire, et de bien mauvaises histoires. Un des must-do de la visite du Sénégal. J’ai hésité à la visiter pour ne pas faire le touriste-classique mais je ne regrette vraiment pas car un rappel de sa propre histoire n’a jamais fait de mal. Un voyage de 20 minutes en ferry à 2700FCFA aller-retour (Tarif résident africain) et j’ai pu me sentir déchiré en visitant la maison des esclaves. Au-delà du lieu, il y a ce morceau de phrase qui me marquera pendant longtemps.
L’usage du fouet était permis et réglementé par le Code Noir qui en fixait le nombre à 29. Instrument de correction et d’asservissement, il était servi à tout le monde, et sans dérogation aucune, y compris aux femmes en état de grossesse.

En dehors de la douleur, il y a beaucoup de couleurs sur l’île ; les bons ingrédients pour de superbes images.




Waou ! Parce que les dakaroises sont vraiment au top visuellement. Ma-gni-fi-ques.  Et aussi et surtout parce que le Wolof est la langue nationale, certainement pas le français. Le Sénégal réputé en Afrique de l’ouest pour la qualité de son français n’a certainement pas vu passer ces perles. C’est vrai qu’une faute de langue avec l’océan en face, ça passe mieux :-)

L'âge bâtard

1 commentaires
Aujourd'hui dans ma tête, il y a..
... cette citation tout droit tirée de "L’amour dure trois ans" de Frédéric Beigbeder :
Il vient d'avoir 30 ans. L'âge bâtard où l'on est trop vieux pour être jeune, et trop jeune pour être vieux.

Oui ! Je suis récemment entré dans l’âge bâtard. Par habitude, je déteste les anniversaires. Personne ne m’a d’ailleurs jamais compris. (Sauf un type encore plus bizarre que moi). J’ai toujours trouvé étrange de célébrer un pas de plus vers la mort. Et toute cette profusion de joie éphémère ? Non ! Non ! Ce n’est pas vraiment ma tasse de thé.

Mais je n’ai pas détesté celui-là. Au contraire. (Chose encore plus étrange.)
Je me suis réveillé le jour de mon trentième anniversaire avec un sentiment particulier. Pas celui d’être vieux mais cette douce impression d’être né de nouveau. Les semaines qui ont précédé cette date m’ont vu voyager dans mes pensées et mon passé, à me poser des questions sans jamais me reposer. Suis-je là où je désire être ? Ai-je accompli ce que je voulais ? Qu’est-ce que je veux être ? C’est quoi le bonheur pour moi aujourd’hui ? Comment je me définis ? Comment je vois ma vie dans ce nouvel âge ?

J’avais fait le même exercice pour mes 21 ans. Avec ma vision réduite jadis, J’avais déjà réussi à imaginer ma vie d’aujourd’hui. J’avais défini comment je me voyais à 25 ans, à 30 ans. J’ai atteint 99% des objectifs du quart de siècle en maintenant une belle vitesse de croisière. (Peut-être que je n'étais finalement pas très ambitieux). Je ne peux pas en dire autant pour ceux des 30 ans. Malgré un correct 75%, disons que j’ai récolté de nombreuses choses sur la base des graines semées dans la course aux 25 ans.

Alors, comme plusieurs d’entre nous, j’avais des raisons d’y arriver insatisfait. Mais la magie du jour anniversaire m’a rappelé plusieurs choses que j’avais déjà partagées ici :
- Que j’ai le pouvoir de Dieu, celui de mener à la réalité toutes les choses que je désire
- Que je devais voir grand pour moi-même car de mon rêve dépendait ma réalité.

Et cette même magie m’a aussi fait comprendre que j’avais arrêté d’avoir faim. Cette faim qui caractérise la jeunesse, celle qui a envie de dominer le monde, de découvrir et même se découvrir puis se réaliser. Au fil du temps, j’avais appris à faire semblant de me dépasser mais j’avais surtout réussi à me complaire dans ma zone de confort. J’avais réussi à me dire que ma vie ne pouvait pas être autrement que celle qui était en cours avec quelques ajustements mineurs.

Si je suis né de nouveau ce jour, c'est surtout parce que je réapprend à avoir faim et soif. A poursuivre un je-ne-sais-quoi qui est différent de celui que j'ai connu. A refuser de me contenter de peu. A imaginer toujours plus grand. Alors pour cet anniversaire que je vais certainement célébrer sur une année, ma nouvelle devise est : 
thirty and thirsty.


Likez la page #SelfMotivator pour une dose quotidienne de motivation


Ma relecture de "Brida"

0 commentaires
Aujourd'hui dans ma tête, il y a..
... une autre relecture. Mais c'est promis, j'arrête avec Paulo Coelho (pendant un moment) après celle là. J'arrête aussi avec les relectures. Vous devez certainement vous demander pourquoi je relis des livres comme s'il y en n'avait assez de nouveaux à lire. C'est juste que j'ai refait mentalement un chemin que j'avais déjà emprunté en m'attardant sur les moments clé. Le point a été abordé dans l'article sur "Le Zahir"; Brida fait partie de ces livres qui ont changé des choses, motivé des actions. Et à un certain point de son existence, on est parfois tenté de se demander si on en a eu la bonne lecture. Relire ce livre à été une expérience agréable. Étonnamment au cours de cette nouvelle lecture, j'ai eu l'impression d'avoir mal compris la fin du livre la première fois. Ce qui est moins étonnant, c'est qu'il m'a encore édifié. La recette Paulo Coelho marche bien sur moi finalement. Encore une fois, je vous partage ces petits passages qui ont laissé des traces:

Le sol la besoin de la semence, et la semence à besoin du sol. L'un n'a de sens qu'avec l'autre. Il en va de même pour les êtres humains. Quand la connaissance masculine s'unit à la transformation féminine, naît la grande union magique, qui a pour nom Sagesse. 

La sagesse, c'est connaître et transformer.

Dieu est la parole. Attention! Attention à ce que tu dis, dans toutes les situations ou les instants de ta vie.

Nous savons que le mystère ne nous quittera jamais, alors nous apprenons à l'accepter et à vivre avec lui.

Ce ne sont pas les explications qui nous font avancer ; c'est notre volonté d'aller plus loin

Le pire, c'était choisir, et passer le restant de sa vie à se demander si l'on a fait le bon choix.

Rien n'est complètement faux dans le monde, ma fille, dit son père en regardant l'horloge. Même une horloge arrêtée réussit à être à l'heure deux fois par jour.

Parfois, certaines bénédictions de Dieu entrent en brisant toutes les vitres en mille éclats.

Seul le présent a un pouvoir sur nos vies. Quand tu lis le sort dans un jeu de cartes, tu attires l'avenir vers le présent. Et cela risque de causer de graves dégâts : le présent peut brouiller ton avenir.

Toute quête est un acte de foi

Aie toujours des doutes. Quand les doutes disparaissent, c'est que tu t'es arrêté dans ta démarche. Alors Dieu vient tout démonter, parce que c'est ainsi qu'Il contrôle ses élus; en leur faisant parcourir toujours, entièrement, le chemin qu'ils doivent parcourir. 

Mais fais attentons à ceci: ne laisse jamais les doutes paralyser tes actions. Prends toujours toutes les décisions que tu dois prendre, même si tu n'as pas l'assurance ou la certitude que ta décision est correcte.

Lorsqu'on trouve une chose importante dans la vie, cela ne veut pas dire qu'il faille renoncer à toutes les autres 

L'amour était au dessus de tout, et l'amour n'avait pas de haines, seulement des équivoques.

Être homme, c'est avoir des doutes, et pourtant poursuivre son chemin.

Souviens toi que le premier chemin qui lève droit jusqu'à Dieu est l'oraison. Le second est la joie 

N'aie jamais honte, continua-t-il. Accepte ce que la vie t'offre, essaie de boire aux coupes qui sont devant toi. Tous les vins doivent être bus - certains une seule goutte; d'autres, la bouteille entière.